Skip to content

Axes politiques de l’Agenda 2030

Modes de consommation et de production durables

Un tiers de l’impact environnemental dû à la population suisse, sur le territoire national comme à l’étranger, est à mettre au compte de l’alimentation. Par conséquent, la production de denrées alimentaires préservant les ressources et respectueuse de l’environnement et l’élimination du gaspillage alimentaire revêtent une importance particulière.

Voici les défis majeurs que la Suisse doit relever d’ici 2030 en la matière :

L’impact environnemental de la consommation suisse excède ce que la nature peut supporter.
La Suisse dépasse aujourd’hui déjà les capacités de la planète dans plusieurs domaines.

L’efficacité de l’utilisation des ressources a certes connu une hausse dans certains domaines, mais dans d’autres domaines importants, elle a uniquement ralenti l’augmentation de l’impact environnemental par rapport à celle de la performance économique. En particulier, l’augmentation de la consommation, surtout à l’étranger, exerce une pression croissante sur l’environnement. Outre leur impact environnemental, les modes de production et de consommation influencent grandement les conditions de travail dans le monde, le respect des droits de l’homme et la loyauté de la concurrence, la prise en considération des intérêts des consommateurs ou la lutte contre la corruption. Par conséquent, la fabrication et la consommation des biens (produits, services, ouvrages) doivent être réorientées de façon à satisfaire à des critères économiques, écologiques et sociaux de haut niveau sur l’ensemble de leur cycle de vie. La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) joue ici un rôle-clé : les entreprises se montrent responsables en élaborant des stratégies commerciales axées sur le développement durable, en développant des produits et des méthodes de production durables, ou encore en appliquant des normes et des standards relatifs à la responsabilité sociale et environnementale. Il convient à l’avenir de renforcer les principes de la RSE et aussi d’améliorer la fonction d’exemple des pouvoirs publics en la matière. Pour ce faire, il faut associer et coordonner action publique et activités privées.

Les consommateurs peuvent apporter une contribution significative au développement durable en agissant sur la demande.

C’est la raison pour laquelle les informations sur l’impact environnemental et les conséquences sociales des produits doivent être améliorées et l’offre en biens de consommation et en services respectueux de l’environnement et de la société doit être étoffée de manière ciblée. Un autre élément important est d’informer et de sensibiliser les consommateurs pour qu’ils prennent des décisions d’achat durables et qu’ils adoptent un comportement de consommation préservant les ressources.

La Suisse est le pays qui produit le plus de déchets urbains en Europe.

Il faut les réduire par des mesures d’évitement prises lors de la production, du transport, de la distribution et de la consommation. Outre l’utilisation et le recyclage efficaces des biens de consommation et de production, un défi important consiste à prendre en considération, dès l’étape de conception, non seulement leur fabrication et leur utilisation mais aussi leur gestion en tant que déchet. La protection des ressources non renouvelables (comme les terres rares), l’utilisation efficace des ressources renouvelables et le recyclage des matières premières (p. ex. du phosphate) font partie des tâches les plus urgentes.

Source Confédération Suisse, 27.01.2016 Stratégie pour le développement durable 2016-2019

box-transport

De nombreux fournisseurs

75 fournisseurs approvisionnent Partage en denrées alimentaires et en produits d’hygiène